Parmis les enclos paroissiaux du territoire, l’enclos de Tréflévénez détonne, et étonne si on le compare au faste et à la somptuosité de ses voisins léonards.

Et pourtant, cette église de campagne recèle des richesses insoupçonnables de prime abord, et que l’on ne trouve nulle part ailleurs.

En pénétrant dans l’enceinte, pas de porte monumentale, mais un simple calvaire (1901), pas d’ossuaire complet (1611), mais juste sa façade sauvée de justesse et intégrée dans une maison d’habitation. Même l’église Saint-Pierre, érigée à la fin du 15e siècle dans un style gothique tardif (et maintes fois remaniée au cours de siècles) est d’extérieur modeste.

Toute la majesté de ce lieu atypique se ressent dès que l’on pénètre à l’intérieur de l’église. Les couleurs délicates mêlant le bleu au blanc avec des touches d’or aspirent à la sérénité. La simplicité apparente sert d’écrin à de véritables trésors. Les sablières du XVIe siècle reprennent les scènes et paraboles populaires des plus étonnantes. Sur le mur, une peinture de la Crucifixion (1696) a été mise au jour lors de la dépose du retable du rosaire.

À signaler enfin, le chemin de Croix réalisé en 2005 par un artiste roumain, Valentin Scarlatescu, qui, à lui seul, mérite le détour.


À proximité : Panorama sur la campagne vallonnée, manoir de Kérézellec (privé) et tombeau de 1677 témoigne de l’amour de Hamon Huon de Kerezellec pour son fils défunt.
 

Infos pratiques

  • Pour en savoir + : « Tréflévénez », collection les enclos paroissiaux de la vallée de l’Elorn – APEVE
  • Contact : mairie de Tréflévénez au 02 98 25 17 09